Site Christian de Lille

Intox et Conso

Cliquez sur l'un des boutons ci-dessus pour visualiser les autres textes

Pour ou contre la vaccination ?

La vaccination a été un réel progrès médical. Elle a permis d’éradiquer des maladies graves comme la tuberculose, la poliomyélite, la diphtérie, le tétanos, la coqueluche. Ces vaccins dont certains sont déjà anciens (DTP) ont diminué fortement la mortalité infantile. Ils ont pour caractéristique principale d’obtenir la production d’anticorps et l’activation des cellules T (lymphocyte B ou lymphocyte T à mémoire). Ce processus de réaction de notre corps s’appelle immunisation et cette immunisation est durable. Elle nous protège donc durablement des maladies correspondantes. Chacune des maladies énoncées ci-dessus a son vaccin spécifique.

Mais certaines maladies comme la grippe ou les corona virus sont dues à des virus qui mutent rapidement. Du coup, il est très difficile de mettre au point des vaccins ciblés et l’efficacité des vaccins approximatifs proposés est douteuse, l’immunité durable n’étant pas garantie. Chaque année les laboratoires pharmaceutiques préparent ainsi des vaccins contre la grippe ; bientôt de la même façon, ils prépareront des vaccins contre les corona virus. La Sécurité Sociale incite plus particulièrement les personnes âgées à se faire vacciner chaque année.

Cette présentation succincte montre bien qu’il existe deux familles de vaccins ; les vaccins à immunisation durable et les vaccins à immunisation non garantie.
Dans la famille des vaccins à immunisation durable il faut distinguer les maladies très répandues et aux effets les plus graves telles la tuberculose, la poliomyélite, le tétanos, la coqueluche, la diphtérie et des maladies moins graves ou moins répandues telles la rougeole ou la variole.

Les vaccins peuvent avoir des effets indésirables légers ou plus graves ; en particulier la myofasciite à macrophages a été associée à l’hydroxyde d’aluminium utilisé dans de nombreux vaccins. Et on ne peut pas se fier à des études conduites en France cherchant à invalider cette association, ni aux déclarations de l’Ansm (Agence Nationale de Sécurité du Médicament) qui peut subir la pression du lobby pharmaceutique comme l’ont montré divers scandales dont l’affaire du Mercator.
Les vaccins sont souhaitables dans la mesure où les maladies semblant résister aux antibiotiques, il peut être judicieux de s’en protéger par la production d’anticorps adhoc.

L’État français, sans doute sous la pression du lobby pharmaceutique ou celle de directives européennes a rendu obligatoires 11 vaccins contre :
- Diphtérie, Tétanos et Poliomyélite (DTP)
- Coqueluche
- Infections invasives à Haemophilus influenzae de type b (Otites, Méningites, ...)

- Hépatite B
- Infections invasives à pneumocoque (Septicémie, Ostéomyélite, ...)
- Méningocoque de sérogroupe C (risque important pour l’Afrique équatoriale)
- Rougeole, Oreillons et Rubéole (tout récent).

Ces différentes maladies présentent des risques importants ou non selon les régions du monde. Par exemple, le Méningocoque de sérogroupe C n’est pas à risque en France mais est sans doute utile pour un enfant d’origine africaine.

Compte tenu que la vaccination n’est pas forcément efficace et qu’elle présente quelques effets indésirables, il est légitime de se poser la question :

Faut il se faire vacciner ou non et contre quoi ?

- Dans la mesure ou un vaccin est obligatoire, difficile de le refuser pour la petite enfance.
- Les vaccins immunisant à long terme sur des maladies graves sont à conseiller, soit en gros les 3 premières lignes en gras de la liste ci-dessus.
- Pour les autres maladies de la liste ci-dessus, la vaccination systématique n’est pas requise. Bien se renseigner sur le risque des maladies correspondantes en fonction de la région, de l’âge, de son état de santé, etc … et décider de se faire vacciner ou pas.
- Enfin pour les virus tels celui de la grippe, la vaccination peut sembler illusoire ou inefficace compte tenu de la mutation rapide du virus. Pour se protéger de ces maladies, renforcer ses défenses immunitaires par une alimentation saine, de l’exercice physique, un habitat sain, etc ...

Edité le:04/10/2020

 

Association-Ginux et générée par web concept en :0.085 secondes