Christian de Lille

518088 visiteurs
597846 pages visitees

Intox et Conso

Cliquez sur l'un des boutons ci-dessus pour visualiser les autres textes ou images

Pourquoi les salles de cinéma seraient beaucoup moins fréquentées ?

Avec le confinement, puis l’obligation du port du masque en salle ainsi que la présentation du pass sanitaire, la fréquentation des salles de cinémas a baissé drastiquement.
Depuis peu, toutes ces mesures de précautions (excessives) ont enfin disparu.
Pourtant la fréquentation des salles reste au plus bas niveau.

Mais pourquoi donc ?
Difficile d’émettre un avis exhaustif sur cette question.
Osons proposer quelques pistes de réflexion néanmoins.

1) le confinement a facilité les abonnements à divers canaux de diffusion de films tel Netflix, Amazon, et bien d’autres qui freinent probablement la fréquentation des salles ; il faut bien essayer de rentabiliser son abonnement !
2) le prix normal d’accès à un séance de cinéma est trop élevé ! Plus de 10 euros par personne sans réductions diverses conditionnelles le plus souvent, c’est trop cher compte tenu de la réduction du pouvoir d’achat des français.
3) la grande majorité des films proposés sont d’origine américaine et les sujets développés (catastrophes, grands spectacles, problèmes sociétaux de riches américains, …) ne sont guère adaptés à l’attente des français.
4) les multiplex cinémas (Pathé, Gaumont, Ugc) ont tué l’offre des petits cinémas de quartier et de cinémas d’art et d’essai. Ces multiplex sont localisés près des grandes villes, rarement en centre ville. Ils sont construits sur un modèle sans doute efficace et fonctionnel mais assez froid, dépersonnalisé et au final quelque peu inhumain. Il faut utiliser sa voiture personnelle, parfois le bus, rarement le train ou le tram pour s’y rendre. Ces inconvénients manifestes peuvent décourager les usagers.
5) les plus grands problèmes de notre société sont trop rarement mis en évidence dans les sujets traités par les cinéastes. Du coup, les gens qui se sentent concernés par ces problèmes utilisent des moyens de communication et de diffusion autres, quasiment des circuits parallèles.

Que les multiplex fassent moins de bénéfices voire perdent de l’argent vu la faible fréquentation de leurs salles n’est donc pas surprenant. Peut être même faut-il s’en réjouir dans la mesure où, à l’inverse, les salles de quartier ou les salles d’art et d’essai résistent mieux et accueillent davantage de spectateurs (à vérifier).
Par contre, les propositions de films diffusés par des réseaux payants tels Netflix, Salto, Amazon, Canal+, etc … ainsi que les prédiffusions par Internet des chaînes de télévision publiques sont une aberration dans le contexte de transition et de sobriété énergétiques. Et c’est pire encore quand on encourage les gens à visualiser des films ou des séries sur smartphone !

Le cinéma et ses salles obscures bien remplies sont de loin la solution la plus écologique pour visualiser des films.
Encore faut-il que ces salles soient bien réparties sur le pays et facilement accessibles à tous. Cette « facilité » s’entend en termes de coût de la place et en termes de proximité.
Notons aussi, que participer avec d’autres à la projection d’un film est bien plus convivial que regarder seul un écran personnel ! Même, si, à la sortie d’une salle, les échanges entre spectateurs ne sont pas légion, ils existent et peuvent être une bonne occasion de faire connaissance.
Peut être faut-il rendre ces salles multi-fonctionnelles (cinéma, théâtre, danse, réunions, etc...) afin de les faire mieux connaître, de mieux les rentabiliser et d'obtenir des subventions par les collectivités publiques.

Edité le:07/08/2022

 

Association-Ginux et générée par web concept en :0.1 secondes